Aller au contenu principal

Editos

Edito

La propagande tourne à plein régime. Le gouvernement roule les travailleurs dans la farine. Mais tout baigne. Dans une presse crédule ou aux ordres - c’est selon -, le MR répète que c’est pour notre bien. Et son ministre des Pensions enfile les régressions sociales avec la bonhomie d’un curé de campagne donnant le bon dieu sans confession à des tueurs en série.

Edito

Elles ? Les entreprises bien sûr ! Leurs propriétaires, leurs lobbies, leurs admirateurs zélés… Ce que la main droite de l’Etat leur réclame en termes de fiscalité, sa main gauche leur rend sous forme de subsides fiscaux ou parafiscaux. Le tout au nom de la compétitivité internationale, vache sacrée de la mondialisation libérale.

Edito

Comme le séparatisme qui en est un avatar, « le nationalisme, c’est la guerre ». Le régionalisme, c’est le contraire.

Edito

« Si ceux qui tiennent les rênes de la société se montrent capables de contrôler nos idées, ils sont à peu près assurés de conserver le pouvoir. Nul besoin de soldat dans les rues. Nous nous contrôlons nous-mêmes », ainsi parlait Howard Zinn, auteur d’ « Une histoire populaire des USA ». Fake news, média-mensonges, propagandes sont rarement des incidents anodins. Pas plus que certains silences…

Edito

Le 10 octobre, la CGSP a marqué la rentrée politique du gouvernement Michel-N-VA par une grève fédérale à laquelle se sont joints de nombreux travailleurs du secteur privé. Cette initiative a libéré des pulsions éditoriales… maniaques ? Au Parlement, le Premier ministre se livrait, lui, à un exercice d’autosatisfaction pas moins étonnant… Revue de presse avec plumes, paillettes et petites bulles.

Edito

«C’est le régime de Vichy, de Pétain, de Laval qui se débarrasse des Juifs allemands qui avaient fui le régime nazi en les rendant à Hitler en 1941-1942. Et l’on sait ce qu’il est advenu». Ainsi parle Hervé Hasquin, libéral libre et honnête, de la «collaboration» du gouvernement belge avec Khartoum en vue de rendre à la dictature qu’ils ont fuie des migrants soudanais. L’avertissement est lourd. Peut-il être évacué ?

Edito

Echec dans le domaine économique. Echec dans les matières sociales. Echec dans les sondages. La droite a l’art de vendre ses bides comme des perles. Et vous reprendrez bien un second p’tit Michel sauce N-VA ? La propagande turbine à plein régime pour réviser, revoir, « révisionner » la réalité.

Edito

La droite devait conquérir tous les gouvernements du pays. C’était le programme à la veille de l’été. Elle régnait déjà sans partage sur la Flandre comme sur l’Etat fédéral. Il lui fallait Namur puis Bruxelles et la Fédération... A la rentrée des classes, la « pelle » du 19 juin se solde par la prise en otage des Wallons et… l’échec des putschistes en Région Capitale comme en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Edito

La droite gagne aujourd’hui son pari : construire sur les ruines d’un modèle social arraché aux puissances du fric au lendemain de la guerre, un nouveau monde taillé sur mesure pour les puissants, les compétitifs, les roublards… Un monde où l’inégalité s’imposerait comme norme «acceptable». La gauche patine, s’embourbe, recule. Nous sommes dos au mur. Au pied du mur ?

Edito

Par un beau lundi d’un printemps tirant sur sa fin, Benoît Lutgen a fondu un plomb, pété un câble. Dans son parti, il ne s’est trouvé personne pour le retenir. Le freiner. Le raisonner. En coupant le courant, le CDH a brutalement plongé dans le noir les gouvernements de Wallonie, de Bruxelles et de la Fédération Wallonie-Bruxelles.