L'avenir de nos pensions sous l'angle du genre

Actualité du 13/11/2017.

http://www.fgtb.be/-/ensemble-contre-le-dementelement-des-pensions-

Ce 9 novembre 2017, le Conseil de l’Egalité des Chances entre les hommes et les femmes a fait le point, au cours d’une journée d’étude, sur la réforme des pensions.

La MWB-FGTB était présente avec plusieurs camarades de la FGTB. Jean-François Tamellini, secrétaire fédéral FGTB, ainsi que Celien Vanmoerkerke, conseillère sécurité sociale FGTB, sont intervenus pour expliquer les effets négatifs de la Réforme des pensions sur les femmes en particulier mais aussi pour l’ensemble des travailleurs. Nous ne reviendrons  pas ici sur les détails techniques (voir power point en pièce jointe) mais tous les intervenants -sauf la FEB - ont reconnu que cette réforme, en ne tenant pas compte des inégalités existantes entre les femmes et les hommes, a pour effet de les accroître. Aucune analyse de genre n'a été faite par le Ministre compétent en matière de pensions. La démagogie de la FEB a encore été "épatante" ! Voici deux exemples : nier l'existence des discriminations à l'embauche ou le plafond de verre dont sont victimes les femmes parce qu'elles sont susceptibles d'avoir des enfants alors que plusieurs études scientifiques le prouvent ou encore demander la création de plus de structures d'accueil alors que cette organisation a plaidé et demandé les mesures d'austérités budgétaires qui empêchent la création de structures de qualité, en quantité suffisante et accessibles financièrement.

Nous avons entendu soutenir que les femmes doivent allonger leur carrière pour avoir droit à une pension ou être bien mariée! La MWB est intervenue pour rappeler que selon les chiffres d'EUROSTAT ni les hommes, ni les femmes n'ont une carrière moyenne suffisante pour avoir droit une pension complète (45 années de carrière). L’approche doit donc être inversée : une approche globale, transversale et genrée des conditions de travail pour améliorer celles-ci tout au long de la carrière.

L’objectif doit être de travailler tous plus et mieux grâce à la réduction collective du temps de travail avec embauche compensatoire sans perte de salaire qui devra aussi tenir compte des discriminations auxquelles les femmes doivent faire face au travail ainsi que dans leur vie privée en raison du modèle patriarcal dominant.

#onlâcherien !
Ci-dessous vous trouverez le communiqué de presse du Conseil de l’Egalité des Chances entre les hommes et les femmes.

 

L’avenir de nos pensions sous l’angle du genre


Par Mieke Quintens
Publié le 09/11/2017

Bruxelles le 9 novembre 2017 - En ces temps de révision générale de toutes les règles de pension, tous statuts sociaux confondus, le Conseil de l’Egalité des Chances entre les hommes et les femmes a fait le point, au cours d’une journée d’étude, sur l’état des dossiers en cours de discussion ou déjà tranchés, et relancé une réflexion collective avec tous les interlocuteurs impliqués et des représentants de la société civile qui ne demandent qu’à l’être.

Constat
Il y avait plus de 10 ans que les effets sur  les femmes,  des réformes dans le domaine des pensions n’avaient pas fait l’objet d’une analyse transversale et objective ni d’une consultation publique des organismes et mouvements de femmes. Or ces réformes les affectent tout particulièrement.

Plusieurs avis rendus  d’initiative, (disponibles sur http://www.conseildelegalite.be/fr/publications) concernent le programme de l’actuel gouvernement: l’allongement de la carrière, les pensions des travailleurs à temps partiel, l’allocation de transition, la prise en compte des travaux pénibles, la suppression de la bonification pour années d’études . Entre autres dossiers, il travaille actuellement sur la dimension familiale qui traverse toute notre sécurité sociale y compris les pensions et en particulier sur la transformation des droits dérivés en droits personnels.

Recommandations du Conseil
Le Conseil de l’Egalité des Chances qui représente un large éventail de la population civile, des mouvements féminins, des associations de défense des intérêts des familles, des organisations de travailleurs et des petites entreprises, demande d’être consulté sur l’ensemble des projets du gouvernement, parallèlement au Comité National des Pensions .

Il invite les autorités à améliorer la transparence de leurs décisions en procédant, préalablement à leur adoption, à une analyse d’impact complète, sans omettre les aspects ‘genre’.  Il rappelle que cet outil est mis à la disposition des administrations et devrait être utilisé systématiquement afin d’informer le Parlement, et la population entière,  de toutes les implications sociales, économiques et environnementales  (http://www.simplification.be/content/analyse-d-impact-de-la-reglementation ).

Enfin, le Conseil de l’Egalité des Chances plaide pour que les décisions du gouvernement fassent écho à une vision globale de la société, développent une approche des régimes de pensions cohérents entre eux, et entre les actifs et les pensionnés, abordent les conséquences sur l’emploi et la fiscalité, et surtout  ne sacrifient pas les travailleurs les plus fragilisés.

« L’objectif budgétaire ne saurait écarter toute considération d’équité, encore moins d’égalité", rappelle Madame Dominique De Vos, présidente de la commission sécurité sociale  du Conseil de l’Egalité des Chances. "En qualité d’organe consultatif représentatif, le Conseil continuera à assumer son rôle de « conseiller » auprès du gouvernement et de toutes les institutions et organismes qui le sollicitent pour faire prévaloir l’autonomie de toutes les femmes qui exercent ou veulent exercer une activité professionnelle durant celle-ci et au-delà».

Contacts presse
Dominique De Vos
GSM. 0474.987500
domie [dot] devosatoutlook [dot] com

http://presscenter.org/fr/pressrelease/20171109/l-avenir-de-nos-pensions-sous-l-angle-du-genre