Vinci : Le boulot syndical se fait au quotidien

Vinci : Le boulot syndical se fait au quotidien

Située à Evere (Bruxelles), VINCI Energies est une multinationale composée de 5 entreprises, réparties en 44 entités (Business Units) qui sont des marques différentes du groupe. Le groupe opère dans 4 domaines d’activité : l’Infra, l’industrie, le tertiaire et la transformation digitale. Nous sommes allés à la rencontre de la délégation MWB-Brabant et nous lui avons donné la parole.

3/03/2017

L’équipe syndicale, tous mandats confondus,  se compose de 8 représentants des travailleurs effectifs.   Ensemble, ils forment une équipe enthousiaste et combative.  Le porte-parole, Renato, nous détaille le combat  mené par la délégation.  Le boulot syndical  se fait au quotidien.  Dans une entreprise de chantiers telle que Vinci, ce travail n’est pas évident étant donné la répartition géographique des travailleurs, dispersés  dans tout le pays, avec des réalités différentes. 

L’équipe s’organise au quotidien pour maintenir le contact avec les travailleurs, à travers les visites de chantiers. Il est très important d’être à l’écoute.  Ces rencontres  se font sur les chantiers.  Le but étant de faire remonter les préoccupations  des travailleurs, afin d’interpeller la direction quand il le faut.  Renato rappelle que « c’est ensemble qu’on peut faire avancer les choses  dans l’entreprise ».

Les représentants des travailleurs essayent d’être proactifs  en appliquant les grilles d’analyse et de recherche apprises en formation  syndicale, à travers les 3 organes (Conseil d’entreprise, CPPT et DS). D’où  l’importance du triangle pour l’équipe syndicale, l’information doit toujours circuler entre les trois organes.  C’est essentiel.
La délégation MWB-FGTB  s’est battue depuis  trois ans pour avoir une enquête psycho-sociale faite par un organisme externe.  L’objectif étant de tirer la sonnette d’alarme sur la sécurité, afin de proposer,  entre autres, des formations concernant la  sécurité  des  travailleurs dans l’exercice de leur tâche.   Il s’agit simplement de veiller à la stricte application de la loi.

Il ressort  également  à travers cette enquête, où la base a été consultée, que les travailleurs souhaitaient un nouveau système d’évaluation, un équilibre travail-vie privée, le travail ne doit empiéter sur la vie privée…Les revendications  touchent également aux conditions de travail et à l’amélioration des salaires.
 
La flexibilité voulue par les employeurs est également un enjeu essentiel.  Renato rajoute «  Il faut faire baisser le stress,  le travail pénible. On voit des signes de burn-out… ». L’enjeu à venir étant de déterminer les actions à mener au CPPT pour faire face à tous ces problèmes.   Il n’y a pas de deadline par rapport à ces chantiers. Tous les 3 mois, le point est fait au CPPT.  La priorité dans l’immédiat étant la mise en place d’un nouveau système d’évaluation, l’amélioration de l’organisation du travail, la lutte contre l’empiétement du travail sur la vie privée.

La délégation veille également sur les  jeunes qui sont en contrat d’alternance, afin qu’ils aient les meilleures formations possible sur le terrain. Comme on peut s’en rendre compte. La délégation ne chôme pas ! Le boulot syndical est permanent, il se fait au quotidien.

Délégation MWB-FGTB BRABANT de VINCI